Expositions

Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar

Publié le : 01/10/2019 - Sortir // Map


Du 17 octobre 2019 au 25 janvier 2020
Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, Galerie Bab El Kébir et Galerie Bab Rouah, Rabat



L’exposition “Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar”, qui sera organisée par l’Académie du Royaume du Maroc du 17 octobre au 25 janvier prochain, constitue un événement unique mettant en avant le rôle spirituel des échanges culturels entre l’Afrique et le monde arabo-musulman durant plusieurs siècles, a affirmé le Secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri.

Cette manifestation culturelle d’ampleur se tiendra dans trois espaces aménagés à cet effet par l’Académie, à savoir le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, la galerie Bab El Kébir et la galerie Bab Rouah, a relevé le Secrétaire perpétuel, notant qu’un cycle de conférences, animées par des chercheurs et académiciens de spécialités diverses, seront organisées au profit des doctorants et du grand public intéressé par la présence de l’Islam en Afrique et dans les arts, l’archéologie et l’architecture.
“Sur la base de ses attributions, l’Académie aspire à la création d’une académie des beaux arts qui constituera un lieu de réflexion qui permettra aux acteurs de la scène artistique de s’entretenir au sujet de leur création”, a en outre fait savoir M. Lahjomri.

L’idée souvent propagée laisse croire que l’Afrique, notamment subsaharienne, “était un continent sans culture écrite, sans architecture et sans création contemporaine”, a, pour sa part, déploré le président de l’IMA, Jack Lang, notant que cette exposition offre un “renversement total” de l’histoire, en mettant en avant l’influence des marchands et des lettrés arabo-musulmans, qui, dès le VIIIème siècle, crée un syncrétisme entre les traditions africaines, l’Islam et l’écriture arabe.

Rabat, capitale politique et capitale administrative, devient de plus en plus capitale culturelle, intellectuelle et artistique de l’Afrique et cet événement marquera fortement cette volonté, de SM le Roi et de tous les Marocains, de doter le continent d’une grande capitale culturelle, a relevé M. Lang.
Dans cette optique, et toujours selon la volonté de SM le Roi Mohammed VI, une biennale méditerranéenne dédiée à la femme se tiendra à Rabat et donnera à la création contemporaine l’occasion de briller de tout son éclat, a-t-il fait savoir, précisant que l’IMA s’associera à cet événement.

Il s’est, par ailleurs, dit heureux d’être associé à cette “illustre” Académie, saluant la remise du prix de l’Académie du Royaume à un ouvrage d’histoire sur le monde arabe par un jury présidé par M. Henry Laurens, membre du Collège de France à Paris et titulaire de la Chaire d’histoire contemporaine du monde arabe.

L’exposition “Trésors de l’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar” met en exergue 13 siècles d’histoire à travers un voyage dans le temps alliant l’art, l’archéologie, l’architecture et l’ethnographie dont témoignent près de 250 œuvres d’art patrimoniales et contemporaines, provenant de collections publiques et privées du Maroc, d’Afrique et d’Europe.

Construite autour d’un parcours qui s’étale sur 3 axes que sont les chemins de l’Islam, les gestes du sacré et les arts de l’Islam au sud du Sahara, cette exposition explore les liens étroits, passés et présents, tissés entre le monde arabo-musulman et l’Afrique subsaharienne et ambitionne d’ouvrir le monde arabe sur les autres cultures et civilisations, avec une approche pédagogique appropriée et visant un large public.

Elle explore le sujet inédit des cultures de l’Islam en Afrique subsaharienne et s’attache à relater l’histoire de la diffusion de l’Islam en Afrique subsaharienne et à montrer, pour la première fois, la production artistique de ces sociétés musulmanes.