Expositions

Sismographie des luttes - Vers une histoire globale des revues critiques et culturelles

Publié le : 21/06/2018 - Sortir


Du 29 juin au 4 août 2018
Kulte Gallery, Rabat
Vernissage le jeudi 28 juin à 18h30

Colloque le vendredi 29 juin 2018



Sismographie des luttes — Vers une histoire globale des revues critiques et culturelles, est le résultat d’un long processus de recherche conduit à l’INHA dans le cadre du domaine de recherche, « Histoire de l’art mondialisée », qui a inauguré à cette occasion en 2015 le programme «Globalisation art et prospective - GAP»(1), qui a permis de mener le projet consacré au recensement et à la connaissance des périodiques culturels non-européens à l’échelle mondiale. L’exposition Sismographie des luttes, qui sera présentée à Kulte témoigne de cette recherche. À terme, une base de données dédiée à ces revues sera proposée en accès libre.

Colloque - KULTE - Vendredi 29 JUIN 2018 -Rabat
La revue critique et culturelle dans le monde : focus sur les revues d'Afrique du Nord et de l'Asie de l'Ouest dit Moyen-Orient


A l'origine de la revue critique et culturelle se trouvent  des populations en luttes. En lutte contre l'esclavage, en lutte contre le colonialisme. C'est au cœur de cette violence que l'on peut comprendre la dimension émancipatrice de toute tentative d'exercice revuistique. Penser et produire collectivement une pensée critique est toujours déterminé par une finalité politique.

La revue critique et culturelle a été et est devenue, en plusieurs lieux du monde, un support d'expression critique générateur de modernité. Elle met à l'épreuve des pratiques artistiques, littéraires et politiques singulières, et se décline à la fois en laboratoire d'expérimentation, atelier d'écriture et tribune. Souvent éphémère, opérant par touches et essais, la revue a permis à des groupes d'artistes et d'intellectuels de structurer leurs ressources propres et leur vocabulaire, de produire une archive de la pensée et d'élaborer un récit alternatif.  Il est aujourd'hui nécessaire de  rappeler les conditions d'émergence de ce récit. Mais il est tout aussi urgent de rendre effective sa préservation à des fins d'utilités pratiques.

Cette rencontre vise à présenter des travaux dédiés à cet espace critique mondial. Elle accueille plus spécifiquement, des interventions qui vont rendre compte de productions critiques portées par des artistes et des intellectuels qui ont animé des revues  d'Afrique du Nord ou  d'Asie de l'Ouest, qu'elles aient été diasporiques ou produites dans les territoires nommés. 

Ces personnes ont fondé dès le XIXème siècles,  les revues Afâq, Alif, Aqlâm, Apollo/Abullu, l'Arche, Al Badr, Les Bluettes, La Nouvelle Revue d’Égypte, Calligrammes, Chrysis, Clarté, Confluent,  Consciences maghrébines, Contact, Ad-Diya, El Djazaïria, Don Quichotte, l’Egyptienne, Faïza, la Femme nouvelle, Al-Fikr, La révolte, Le Flambeau, Le Flambeau d’Egypte, Forge, Les Cahiers littéraires nord-africains, Le Lotus, El-Hadira ou Ibla. Ces deux dernières sont très anciennes.

Au Maroc se sont les revues Al-Ichara, Lamalif, Intégral, Maghreb, Pro-C Al-thaqafa al-jadida, Souffles, Vision et bien d'autres qui ont participé de la dynamique critique contemporaine de ce pays et de sa région.

En Asie de l'Ouest, que l'on nomme le Moyen-Orient, la critique est vive et le travail collectif des intellectuels y sera très intense. De nombreux écrivains, artistes et intellectuels, et notamment les femmes il faut le souligner, vont s'engager dans les luttes pour les indépendances et les enjeux culturels qui en découlent. C'est toute l'histoire politique et culturelle que tracent  les revues telles que  Al-Bayan al-Hilal , al-Manar,  Al-Muqtaba, Le phare, Ayandeh, Al-Funun, Al-Mashriq,  Minerva, al-Muktataf, Mawaqif, Al-Mawrid, Negin, Roja Nû, Shi’r, Varlık, Hiwar, La Nation arabe ou la revue Le Désir.

[1] « Globalisation, art et prospective - GAP », est un programme de recherche collaborative initié par l’INHA, qui regroupe un collectif plurilingue de chercheurs et acteurs de la scène artistique : Lotte Arndt (École supérieure d’art et design de Valence), Marie-Laure Allain Bonilla (Université de Bâle), Estelle Bories (Paris-3), Florence Duchemin-Pelletier (INHA), Mica Gherghescu (Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou), Émilie Goudal (CADIS-EHESS), Morad Montazami (Tate Modern), Zahia Rahmani (INHA), Devika Singh (Université de Cambridge) et Annabela Tournon (CETHA-EHESS).

Sismographie des luttes - Vers une histoire globale des revues critiques et culturelles
Durée 60 mn
 
Conception, réalisation
Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche, « Histoire de l’art mondialisée » à l’INHA
 
Chargées de la recherche
Florence Duchemin Pelletier, pensionnaire INHA
Aline Pighin, chargée INHA
 
Montage
Thierry Crombet, relativ.design
 
Musique originale
Jean-Jacques Palix
 
Collaboration pour la recherche et la traduction
Sawssan Alachkar, Lotte Arndt, Marie-Laure Allain Bonilla,  Estelle Bories, Jacqueline Estran, Mica Gherghescu, Ghazal Golsheri, Émilie Goudal, Morad Montazami, Esteban Sanchez, Hugo Serafim Ratão, Devika Singh et Annabela Tournon
 
Avec la collaboration de
Bibliothèque nationale de France
La médiathèque du Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, Paris
La Bibliothèque Kandinsky MNAM/Centre Georges Pompidou, Paris
L’Institut d’Asie orientale, Lyon
Institut d’études transtextuelles et transculturelles, Lyon
 
Remerciements à
Pierre-Yves Belfis, Nicolas Bissi, Jean-Louis Boully, Alix Chagué, Etienne Dobenesque, Sarah Frioux-Salgas, Héloïse Kiriakou et François Guillemot