Expositions

Sur les traces d'Ibn Battouta

Publié le : 23/04/2018 - Sortir


Du 26 avril au 31 décembre 2018
Musée de Bank Al-Maghrib, Rabat



L’exposition qu’accueille le Musée de Bank Al-Maghrib propose un circuit qui suit les pas du grand voyageur en Afrique du Nord, dans le bassin Méditerranéen, sur les côtes orientales de l’Afrique, en Andalousie et au pays du Soudan. Elle revient aussi sur les évènements et conflits qui ont marqué son époque ainsi que sur les luttes de pouvoir pour consolider l’indépendance des différents sultanats de l’Empire abbasside en pleine décadence.

« Le cadeau fait aux observateurs traitant des curiosités offertes par les villes, et des merveilles rencontrées dans les voyages » d’Ibn Battouta est raconté par une sélection de monnaies frappées par les dynastes que l’auteur a rencontrés et par des extraits de son récit. Des cartes retraceront les étapes de ses voyages, et restitueront l’époque du personnage et de son oeuvre.

Mettre en valeur les voyages d’Ibn Battouta en Afrique orientale et occidentale, c’est faire connaître, aussi bien ce personnage unique que son oeuvre. C’est aussi l’occasion de faire découvrir une histoire commune et cruciale pour stimuler les relations qu’entretenait déjà, à cette époque, le Maroc avec ses voisins du continent africain.C’est un hommage à cet illustre voyageur, passionné par la découverte et l’aventure, ouvert sur autrui et auteur d’un récit intarissable.

Ibn Battouta, grand voyageur
Ibn Battouta Al-Lawwati est né en 703/1304 à Tanger. Après avoir étudié dans sa ville natale, il entama, en 725/1325, à l’âge de 22 ans, son premier voyage en direction de la Mecque. Le jeune voyageur traversa l’Afrique du Nord et arriva aux lieux saints en 726/1326. Aussitôt le pèlerinage terminé, il reprit la route pour visiter l’Irak, le Sud-ouest de l’Iran, avant de retourner à la Mecque. Il y demeura trois ans au cours desquels il accomplit trois pèlerinages. En 730/1330, sa passion le pousse à quitter Médine pour un troisième voyage qui dura jusqu’en 732/1332. Il l’emmena au Yémen, en Somalie et au Kenya avant de rebrousser chemin en direction de la Mecque pour un quatrième pèlerinage. En 734/1334, après avoir parcouru l’Egypte, la Syrie, l’Anatolie, le Khorasan et l’Afghanistan, il atteignit Delhi où il séjourna presque dix ans. De retour d’une ambassade en Chine, il poursuivit son périple jusqu’aux Maldives, avant d’être transféré en Inde du Sud. En 748/1348, il gagna Sumatra puis Malabar avant d’atteindre, la Syrie, l’Egypte et enfin la Mecque pour effectuer son cinquième pèlerinage.

L’envie de retrouver son pays natal est plus forte que jamais. Ibn Battouta retourna, après vingt-quatre ans de voyages (de 725 à 749/1325 à 1349) au Maroc par voie maritime en passant par Tunis, la Sardaigne et l’Algérie. En 750/1350, il traversa le Détroit, sillonna le royaume nasride, avant de regagner Fès. De celle-ci, Ibn Battouta se joint à une caravane partant pour Sijilmassa. La traversée du désert débuta en 753/1353 en direction du pays du Soudan (le Mali et le Niger). Admis au palais mérinide à Fès après son retour en 754/1354, Ibn Battouta raconta ses péripéties et ses découvertes. Le calife Abou Inan fut captivé par son récit. Il commissionna Ibn Juzay, lettré de la cour califale, de compiler observations et aventures. Achevé en 756/1355-1356, l’oeuvre fut intitulée « Tuhfat An-Noddar fi Gharaibi al-Amsar wa-’Adja’ib al-Asfar».

Ibn Battouta, auteur d’une oeuvre intarissable
Témoin de la libre circulation des personnes et des marchandises au 14e siècle (8ème siècle de l’hégire), subsistant avec les dons que lui apportaient les princes et les dignitaires des pays qu’il visitait et aventurier infatigable, Ibn Battouta parcourut, 29 ans durant, presque toutes les contrées du monde musulman de l’époque et alla jusqu’à ses confins les plus reculés en Asie Mineure, sur les côtes Est de l’Afrique, au « Pays du Soudan », en Péninsule ibérique et déborda parfois sur les pays limitrophes. Ce sont plus de 120 000 kilomètres parcourus à la découverte de pays lointains et de civilisations étrangères avec « autant d’indépendance d’esprit et de talent d’observation ». C’est un livre, une rihla unique, admirable, fabuleuse et fourmillant de détails sur les lieux visités, les personnalités rencontrées et les aventures vécues. Aussi, Ibn Juzay, l’élu du Sultan Abou Inan pour s’occuper de la rédaction de son périple, le surnomme-t-il « le grand voyageur » et « le voyageur du siècle ». Ses notices sont uniques sur certaines régions comme l’Afrique de l’Est et le Pays du Soudan. Ses données géographiques, politiques, économiques et religieuses jettent la lumière sur les contrées parcourues pendant la première moitié du 8/14e siècle. Elles fournissent un témoignage original du monde musulman de l’époque et de ses contemporains.

--------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour le jeune public, le Musée de Bank Al-Maghrib prévoit d’organiser, à partir du mois de mai, une série de représentations d’un spectacle de marionnettes qui mettra en scène de manière ludique les périples du grand voyageur au profit des groupes scolaires.
A partir du 27 avril 2018, l’accès à l’exposition temporaire est gratuit au grand public et ce, pendant toute la durée de l’exposition.