ACTU & SOCIÉTÉ

On ne parle pas à Rabat de la même façon qu’ailleurs…

Publié le : 29/10/2019 - Sortir//Ambassade de France


Le 28 octobre 2019, Shoot Your  Face révèle, lors de sa conférence  de presse immersive à la Villa  des Arts de Rabat, que le projet est placé sous le Haut  Patronage du Roi Mohammed VI. Autre première, à partir  de janvier  2020, une sélection  des visages des 1001 habitants de Rabat participant  au projet, commencera à s’afficher partout dans l’espace urbain. L’inauguration de cette  exposition-miroir  de Rabat et la sortie du livre Shoot Your Face auront lieu le 10 avril 2020, à la Villa  des Arts.



Entrez  par l’image  :   Shoot   Your   Face   est  une  expérience philosophique en acte, une aventure immersive intégrale, un roman du  réel  où  les  récits   et les  visages  des  participants   tissent  une histoire à la fois identitaire  et universelle.

Le principe  : une ville, Un pays. 2 ans pour  raconter  l’histoire de chacun  qui est celle de tous. En photographie d’art, en vidéo expérimentale, en   texte… Tisser    patiemment,    rencontre  par rencontre, un véritable lien avec les êtres, pour les réunir dans une vision d’unité au-delà de toutes les différences, dans une tentative généreuse distillée dans chaque acte de faire « un art agissant » sur le réel et dans le réel.

Depuis deux ans,
Sébastien Di Silvestro  et Perrine  Sarazain, les créateurs du  projet  rejoints pour  cette  édition  par le  réalisateur Faiçal Ben  et le vidéaste  Nizart  Laajali,  sillonnent avec leur équipe chaque quartier de Rabat  et leurs lieux symboliques  en invitant les habitants  à entrer dans les Blackbox,  pour se révéler dans le cercle de lumière.  33 shootings-événements   ont été  organisés. A l’ombre de la  Tour  Hassan,  face au Parlement dans  l’artère de lumière  de l’Avenue  Mohammed  V,  dans  la chaleur  humaine    de Yacoub  el Mansour, pendant  un ftour place  Moulay Hassan  et à G5, dans  la douceur du jardin des Oudayas,  au skate parc de Hay Nahda,  dans les  notes  de musique  du  Palais  Tazi, les conversations  des  cafés, les journées  de déambulations  dans des centres commerciaux,  aux pieds des immeubles de Hay Fath, avec les ferrachas de la jouteya de Akkari, sur les quais venteux du Bouregreg et sur le parvis  de fort Hervé face à l’océan, à l’Institut  Français,  dans le lacis des  rues de la médina,  dans les soirées printanières  de Mahaj Riad et dans des lieux privés: riads, dars, studios, galeries…

A chaque fois, le dispositif a créé l’étonnement, suscité de nombreux échanges dans la box,  entre habitants  et fait mentir  les pronostics des  esprits  assurés : les Rabatis  ont parlé, ils ont livré une partie d’eux-mêmes  qui loin de contredire  leur réputation  de discrétion, l’illustre avec  chaleur, l’explique par une culture de l’élégance, par la proximité  des centres de décisions, par un esprit de Capitale.
On ne parle pas à Rabat de la même façon qu’ailleurs… Mais les habitants de Rabat  ont parlé. Dans des moments d’émotion, des moments d’histoire, des moments simples…  Artisans, commerçants, artistes, intellectuels, acteurs des secteurs économiques,  sociaux, scientifiques,  culturels, sportifs,  grand témoins   de l’histoire, vieilles  familles  R’baties,  rêves  et réalités  de jeunesse et de tous âges, récits de toutes vies,  c’est bien  Rabat  aujourd’hui en version intégrale qui sera représentée.

Au travers des souvenirs explorés dans des entretiens privés, l’histoire   collective   des  70  dernières  années tracera  le   fil conducteur du livre, dans un récit à mille  voix où les parcours et les noms seront révélés au croisement  des événements  de la grande Histoire  et de l’histoire  intime. En puisant également dans  la culture,  les  traditions   et les dynamiques  pour en envisager les beautés  particulières  autant que leur portée universelle. Un  travail considérable en lien direct avec la recherche en  sciences  humaines,  qui  commence   à peine à se profiler  dans  cette   conférence  de presse  immersive   faisant le choix d’un second temps  fort, en proposant un format de tables rondes à ses invités  pour  faire parler Rabat, la Rabat d’aujourd’hui. Mais  aussi Nancy  en France,  lieu de la première édition du projet, fidèlement  à son ADN de révélateur de liens existants  au-delà  des  catégories  sociales,  mentales  et même du  territoire. 

Dans un monde fait de plus d’échanges que de limites.  SYF  est un projet  d’histoire  vivante  qui se propage  et se partage. Un projet venu nous parler des êtres et de leurs temps.