ACTU & SOCIÉTÉ

JonOne au MMVI

Publié le : 19/11/2018 - Mohamed Ameskane (la releve)


Le jeune artiste américain vivant à Paris John Andrew Perello, dit JonOne, au Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain à Rabat



Le futur illuminé !
Lundi 13 novembre 2018 la Bibliothèque Nationale et le Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain ont vécu deux moments artistiques inoubliables. Retour sur un événement artistique original.
Sous la houlette du Ministère de la Culture et de la Communication, le jeune artiste américain vivant à Paris John à coiffé la tour de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc ! Il s’agit d’une œuvre originale monumentale de 300m2, la plus grande « jamais osée et peinte par l’artiste ».

A partir de 18h, un public éclectique, constitués d’amateurs d’arts, d’artistes, de diplomates, a  assisté à un vernissage pas comme les autres. Il débuta par une performance artistique de jeunes rappeurs en provenance de Meknès. Le hall du musée à vibré aux son de la techno pour le grand plaisir des jeunes générations fans de ce genre musical. Les « vieux » ont assisté au spectacle médusés ! On aime ou on n’aime pas, mais c’est comme ça et pourquoi pas ? ! Ça nous dépayse et ça nous change des vernissages classiques et habituels. Une chose est sur. Ca démontre que le musée est une institution vivante qui vivre à l’air du temps.

Les couleurs coulent !
Au premier étage, un parcours biographique de l’artiste est bien accroché. Les œuvres défilent, chatoyantes, vibrantes, donnant le vertige au regard. La technique nous rappelle l’autre américain Jackson Pollock et l’art gestuel. A l’instar de divers peintres occidentaux ayant séjourné au pays du soleil couchant, de Delacroix en passant par Matisse  et autres,  Johne puise au Maroc, avec le soutien de la Fondation Montresso, ses inspirations des couleurs chaudes du pays et de sa lumière éblouissante. A parcourir l’exposition, les œuvres les plus sublimes, à mon humble avis, sont celles inspirées de la  calligraphie. Qu’elles soient en noir et blanc ou colorées, elles nous font penser au travail du peintre iranien Zendaroudi, exposé au Maroc dans le temps à l’Atelier chez Mme Demazière.

L’exposition « Illuminer le futur » est ouverte au public au Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain du 13 novembre 2018 au 15 février 2019. Elle accompagne une très belle autre exposition au tour  des grandes figures féminines, Chaibia, Radia et Fatima Hassan qui a suscité une polémique gratuite. Malraux réveille toi ils sont devenus fous !!!

Bibliographie de l’artiste :
Né en 1963 à New York aux Etats-Unis, vit et travaille à Paris. John Andrew Perello dit JonOne ou Jon 156, fonde en 1984 le groupe 156 All Starz après avoir débuté, à l’âge de 17 ans, dans le monde du graffiti grâce à son ami d’enfance White Man. JonOne réalise des oeuvres abs- traites influencées par le mouvement, la couleur, l’énergie alors que les autres graffeurs réalisent des oeuvres figuratives. Artiste autodidacte, JonOne commence à peindre sur toile en 1985 car elle offre la possibilité de laisser une empreinte dans le temps.La même année, le galeriste Rick Librizzi l’expose à New York.
Suite à l’invitation de Bando, il s’installe à Paris en 1987. La France lui donne alors l’occasion de “poursuivre son enrichissement personnel”. En 1990 JonOne fait la rencontre de Maître Pierre Cor- nette de Saint Cyr qui lui permet de s’installer à l’Hôpital éphémére, squat établi dans l’Hôpital Bre- tonneau, de 1991 à 1996. Il y rencontre Sharp, Ash, JayOne et Skki et A-One qui l’initient au monde de l’art parisien en lui faisant découvrir galeries et expositions.
Sa première exposition personnelle, intitulée “Graffitism”, a lieu en 1990 à la Galerie Gleditsch 45 à Berlin, en Allemagne. S’enchaînent alors des expositions collectives et personnelles dans le monde entier (Tokyo, Monaco, Paris, Genève, New York, Hong Kong, Bruxelles…). Ses toiles sont une explo- sion de couleurs, JonOne se décrit comme un “peintre graffiti expressionniste abstrait”.