ACTU & SOCIÉTÉ

Mawazine met l'afrique à l'honneur !

Publié le : 03/03/2017 - Sortir


Avec Afro Trap, le jeune MHD cartonne sur YouTube. Soutenu par Booba et Black M, ce Parisien s’impose avec un style mêlant rap et sons africains. Son album est sorti en avril 2016 et un concert  prévu à Rabat le samedi 13 mai sur la scène Bouregreg.
Rappeur français d'origine guinéenne et sénégalaise, ancien membre du collectif parisien 19 Réseaux, il se produira avec un hybride de rap et de dance inspiré par les artistes du Nigeria Davido et P-Square.
Dans la jungle de la musique urbaine, MHD s’est fait une place à part en créant son style, l’afro trap, un mélange de musiques africaines et de trap, un courant voisin du rap importé des États-Unis. Avec ses vidéos postées sur YouTube, ce Parisien de 21 ans a un public large, des cours des collèges et lycées en passant par les boîtes de nuits, jusqu’au vestiaire des joueurs du PSG qui répètent ses gestes.



Dans la jungle de la musique urbaine, MHD s’est fait une place à part en créant son style, l’afro trap, un mélange de musiques africaines et de trap, un courant voisin du rap importé des États-Unis. Avec ses vidéos postées sur YouTube, ce Parisien de 21 ans a un public large, des cours des collèges et lycées en passant par les boîtes de nuits, jusqu’au vestiaire des joueurs du PSG qui répètent ses gestes.

Dans le même communiqué qui annonçais la participation du jeune rappeur et publié par l'association Maroc Cultures a dévoilé les noms des artistes aux "rythmes africains" qui se produirons sur la scène du Bouregreg à l'occasion de la 16ème édition du festival.

vendredi 12 mai, avec Panache Culture, un groupe qui propose une nouvelle dimension au triptyque roots-rock-reggae avec une combinaison musicale aux sources 100% métissées.

Dimanche 14 mai, Amadou et Mariam promèneront leurs notes chaleureuses, avec toujours le même crédo : une musique énergisante et des paroles qui célèbrent la solidarité, l'amour et la tolérance.

Le grand Bonga sera lundi 15 mai la tête d’affiche d’une soirée qui mettra à l’honneur la figure de proue de la musique angolaise et l’un des plus grands emblèmes de l’africanité.

Parce que la musique africaine est aussi celle de la diaspora, Ibibio Sound Machine, un collectif afro-londonien, prendra place mardi 16 mai pour impressionner le public avec des cocktails fusionnels mixant le highlife et l’électro, le post-punk et la disco.

Venu du Congo et installé en Belgique, Baloji sera sur scène le lendemain, mercredi 17 mai, pour un concert au style métissé, avec des influences entre les musiques traditionnelles et afro-américaines (soul, funk, jazz), découvertes à travers la culture du sampling et de l’électronique.

En provenance du Ghana, Pat Thomas & Kwashibu Area Band prouveront jeudi 18 mai qu’ils sont la formation d'afrobeat la plus intéressante du moment. Avec sa voix unique et onctueuse, et ses chants tirés des dialectes fanti et ashanti twi, Pat Thomas est sans aucun doute l'une des plus grandes voix du Ghana.

Une autre fidèle de Mawazine, Calypso Rose chantera vendredi 19 mai les plus beaux airs de calypso, cette musique de carnaval qui rappelle les plages des Antilles et les couleurs de Tobago.

Last but not least : le grand Alpha Blondy clôturera la programmation de cette 16e édition avec un concert, samedi 20 mai, qui s’annonce d’ores et déjà mythique. Le père du reggae africain nous présentera une musique et des textes engagés et significatifs prônant liberté, unité et amour !