ZoomIn

Les Jardins Exotiques de Bouknadel

Publié le : 01/07/2016 - Sortir


Situés à quelques kilomètres de Rabat, sur la route de Kenitra, les jardins exotiques de Bouknadel renferment en effet une richesse horticole unique venue des quatre coins de la planète.
Le Jardin a su rester unique en son genre depuis son ouverture au public en 1951. Il rassemble en plein air, dans un cadre prestigieux, une grande variété de plantes, depuis sa réouverture il incarne le rôle de trésor vert du Royaume avec le célèbre jardin Majorelle !



Créés au début des années 50 par l'ingénieur horticole français, M. Marcel François, Les Jardins Exotiques de Bouknadel furent ouverts au public dix années plus tard.

L'espace se présentait alors en trois zones :
une zone d'accueil, comprenant une aire de jeux et de pique-nique ; une aire de production horticole ; et enfin, de loin la plus impressionnante, la zone jardins, un Jardin-nature, un Jardin-culture et un Jardin didactique doté d'un vivarium, d'un aquarium et d'une ménagerie.

Saluées pour leur beauté et leur diversité, Les Jardins Exotiques, au-delà de leurs plantations et de leurs chemins variés surprenaient par la créativité et la plasticité des compositions, la perfection méticuleuse et l'esprit de rigueur de leurs aménagements, le réalisme des ambiances évoquées où rien n'a été laissé au hasard (paysages, biotope, climat…) avec d'infinies possibilités d'interprétation.
A ce titre, si les Jardins-natures reconstituaient des forêts de pays ou de régions lointaines (comme le Congo, les Antilles, le Pérou, la Chine, le Japon ou la Polynésie…), les Jardins-cultures quant à eux traduisaient la connaissance des hommes et nous plongeaient tout en poésie dans l'art de vivre de civilisations séculaires.

Englobant les végétaux, le réseau d'irrigation, les bâtiments, les ouvrages d'art et l'alimentation électrique, la réhabilitation prend également en compte des actions parallèles, telle que l'acquisition d'un terrain limitrophe aux jardins pour y réaliser une médiathèque, un arboretum et une fermette pédagogique. Un café restaurant, un espace de loisirs pour enfants.

A ces actions, s'ajoutent la réalisation d'un parking et l'aménagement par le ministère de l'Équipement et des Transports d'un carrefour sécurisant l'accès des visiteurs à cet espace.
Par ailleurs, un comité scientifique supervisé par l'institut agronomique et vétérinaire Hassan II a été mis en place pour favoriser la recherche et tisser un réseau de contacts et de coopération avec les autres jardins et parcs nationaux à travers le monde.

Depuis, ces jardins font la joie de milliers de visiteurs dont nombre d’écoliers de la Capitale et des environs, particulièrement intéressés par les arbres, arbustes et plantes venant de 14 pays différents. Sans oublier le volet écologique qui tenait à cœur à Marcel François.